La R&D aux États-Unis – podcast

📣 Vous vous demandez comment se déroule la recherche et développement aux États-Unis ? Vous souhaitez en savoir plus sur la propriété intellectuelle liée à vos recherches?

📻 Dans l’épisode 11 du podcast, nous recevons Pascaline Hayoun, Front-End Innovation Leader et R&D Platform Leader pour CertainTeed, filiale du groupe Saint Gobain.

🚨 Pascaline va nous parler de la recherche et développement pour les entreprises aux États-Unis. Nous évoquerons également les questions de propriété intellectuelle et de travail d’équipe aux USA.

N’oubliez pas de vous abonner au podcast pour nous soutenir et nous aider à développer ce dernier !

TRANSCRIPTION DE L’ÉPISODE (English below) :

2020 Podcast Interview Pascaline Hayoun

Pennsylvania Department of Community & Economic Development – Nicolas BERNARD-MASSON

Saint-Gobain / CertainTeed – Pascaline Hayoun

  1. Message de bienvenue
  1. Introduction de Pascaline (formation, postes précédents)

PH : Je suis originaire de la banlieue sud de Paris et suis diplômée de l’Université de la Sorbonne avec un doctorat en physique et chimie des matériaux pour lequel on m’a décerné le prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science.

Avant mon doctorat, j’ai effectué un master en sciences et ingénierie des matériaux à l’ESPCI Paris. Au cours de mes études, j’ai eu la chance d’effectuer des stages chez Saint-Gobain Research North America à Northborough, MA, UMass Amherst, Harvard SEAS et Nestlé Suisse.

Bientôt, je serai diplômée de PennState Smeal Business School avec un executive MBA axé sur le leadership stratégique que je poursuis en parallèle de mon travail.

J’ai rejoint Saint-Gobain il y a 7 ans en tant qu’Ingénieur de Recherche chez Saint-Gobain Recherche Paris pour notre activité Fluid Systems. J’étudiais les mécanismes de contamination dans les tubes en plastique et les revêtements / stratégies de modification de surface pour les industries pharmaceutique, alimentaire et des boissons.

Puis j’ai déménagé il y a 4 ans en Pennsylvanie à notre siège social américain à Malvern pour rejoindre l’équipe R&D de CertainTeed Isolation, une division de Saint-Gobain se concentrant sur les matériaux de construction, en tant que chercheur principal et peu après en tant que chef de projet pour le développement de nouveaux produits pour l’isolation sous forme de mousse et des produits d’étanchéité à l’air.

  1. Présentation de votre poste actuel et de Saint-Gobain

PH : Maintenant, je fais partie de la division « Siding » de CertainTeed qui regroupe les bardages / façades, garnitures, terrasses, balustrades et clôtures et je dirige la partie front-end de l’innovation pour notre groupe et travaille étroitement avec la R&D, le marketing, les achats, et la stratégie de portefeuille de produits. J’engage à la fois des collaborateurs internes et des partenaires externes pour stimuler l’innovation afin d’améliorer l’esthétique, l’installation, la durabilité pour nos clients en s’appuyant sur des matériaux et des procédés innovants s’adressant à toutes nos lignes de produits façade (principalement des façades en plastique, mais aussi les pierres de béton et des composites). Pour ce faire, nous nous appuyons sur des connaissances fondamentales, des recherches customisées, une connaissance approfondie des progrès technologiques et des tendances du marché pour nourrir l’innovation.

Je manage également le portefeuille R&D de deux lignes de produit : 1/Trim = garniture pour fenêtre, transitions entre toiture et façade ou encore accent de maison ; 2/ STONE = un produit de panneau de pierre bétonnée. Dans ce rôle, je suis sur le point de contact R&D privilégié du business et des autres fonctions comme le marketing, les opérations, la qualité etc… Nous nous appuyons sur notre excellence technique et la création de valeur par l’innovation pour mettre l’accent sur la qualité des produits, la réduction des coûts, l’amélioration des procédés et l’augmentation de nos capacités de production.

En développant de manière responsable des produits de construction durables, CertainTeed contribue à la vitalité du secteur des produits pour le bâtiment depuis plus de 110 ans. Fondée en 1904, CertainTeed est la principale marque de l’Amérique du Nord en matière de produits de construction pour intérieur et extérieur, y compris : les toitures, les bardages / façades, garnitures, terrasses, balustrades, clôtures, l’isolation, le gypse et les plafonds. Filiale de Saint-Gobain, l’une des plus anciennes sociétés de produits de construction dans le monde, CertainTeed et ses affiliés comptent plus de 6 300 employés et plus de 60 installations de fabrication aux États-Unis et au Canada.

Dans le monde entier, Saint-Gobain est une entreprise de 355 ans, présente dans 68 pays et comptant plus de 170 000 employés dans le monde. Saint-Gobain conçoit, produit et distribue des matériaux et des solutions qui améliorent le confort de chacun et l’avenir de tous. Les produits de Saint-Gobain sont omniprésents dans notre vie quotidienne : de l’habitat au bureau, dans les voitures et les infrastructures, avec des matériaux de haute performance pour la santé et dans de nombreuses applications industrielles. Nos produits répondent aux exigences individuelles d’aujourd’hui : confort, performance, sécurité, esthétique. Il entend aussi relever les défis collectifs de demain : construction et mobilité durables, croissance démographique ou changement climatique.

  1. R&D aux U.S. (pas nécessairement seulement Saint-Gobain)

NBM : Comment est organisé un département R&D aux États-Unis ?

PH : Chez Saint-Gobain, nos départements de R&D local aux États-Unis sont principalement organisés par activité et par lignes de produits, ce qui est similaire à l’Europe et assez courant dans de nombreux secteurs d’activité. Nos équipes sont composées de collaborateurs ayant différents niveaux de formation, du baccalauréat au doctorat, avec une expertise et des compétences allant de la science des matériaux, des procédés, de la modélisation, de l’outillage et de la conception.

Nous avons également des centres de R&D centraux à travers le monde (un à Northborough, MA) plus spécialisés dans certains types de sciences couvrant des sujets transversaux d’intérêt pour nos business. Ce type d’organisation est typique des grandes multinationales aux États-Unis et en Europe.

NBM : Comment financez-vous principalement la R&D aux États-Unis ? Recevez-vous des subventions des institutions publiques ?

PH : Nos R&D locale et centrale sont toutes deux financées par les Business de Saint-Gobain. Nous n’avons que quelques programmes de recherche financés par le gouvernement, ce qui peut varier d’entreprise à entreprise. En fonction des applications, certaines peuvent êtres financées par l’armée ou les agences d’énergies par exemple. Aussi, il n’y a pas de subvention particulière par le gouvernement à faire de la recherche aux États-Unis, ce qui diffère par exemple de la France où les sociétés peuvent bénéficier de l’impôt recherche.

NBM : Les partenariats entre entreprises et universités sont-ils fréquents ? Quels types de coopération et / ou de contrats ? (R&D, conseil, collaboration pour des tests / experimentations…)

PH : Les partenariats entre entreprises et universités sont très courants aux États-Unis, ainsi qu’en Europe. Chez Saint-Gobain, nous avons de nombreux partenariats principalement axés sur le soutien à la R&D dans les domaines de recherche d’intérêt pour nos métiers. Par exemple, la Science des Polymères pour nos divisions plastiques (avec l’Université de Case Western Reserve dans l’Ohio). Conception, architecture et science du bâtiment pour nos divisions de produits de construction (avec l’école de design du Rhode Island). Nous avons un vaste réseau d’universités avec lesquelles nous travaillons en partenariat à travers différents types de contrats : consultation, projet de recherche, parrainage de doctorat, programme d’alternant comme celui de l’Université de Drexel. Ces universités partenaires font également partie de notre vivier de talents car nous recrutons chaque année des étudiants fraîchement diplômés de ces universités. Enfin, nous tirons également parti des universités pour la formation de nos équipes, parfois pour acquérir une expertise plus approfondie dans certains domaines.

NBM : Avez-vous remarqué des différences majeures entre la R&D européenne et la R&D américaine ?

PH : La R&D est généralement un travail d’équipe et cela est vrai quelle que soit la géographie. Il y a des différences qui sont principalement liées aux différences culturelles.

L’approche américaine est plus orientée vers la pratique, basée sur l’apprentissage par l’expérience où la vitesse est l’essence même, c’est-à-dire la traduction de la R&D en gains de productivité (en particulier dans les industries de haute technologie). Ils sont plus ouverts à tirer parti de consultants et / ou d’externaliser une partie de ses efforts R&D lorsqu’un obstacle se présente ou lorsque la compétence n’existe pas en interne. La R&D européenne réalise généralement des gains de productivité via une capitalisation technologique et adopte une approche plus analytique basée sur la réflexion et investira dans la formation ou l’embauche de talents pour acquérir des compétences en interne.

La R&D européenne parrainera plus facilement des doctorats dans le but de les intégrer une fois qu’ils auront obtenu leur diplôme, car des programmes spécifiques indépendamment de l’Université sont en place pour faire rencontrer des entreprises et des étudiants. L’Association Nationale de Recherche Technologique (ANRT – Thèse CIFRE) en France est un exemple d’organisation permettant de jumeler un doctorant avec des entreprises.

  1. Gestion de la propriété intellectuelle

NBM : Comment gérez-vous les sujets IP ? Est-ce un sujet très important pour les entreprises américaines ? Voyez-vous plus de préoccupations concernant la propriété intellectuelle aux États-Unis qu’en Europe ?

PH : La propriété intellectuelle est un sujet important pour les entreprises innovantes comme Saint-Gobain. Les brevets et les secrets industriels contribuent à une stratégie de différenciation dans le monde entier. Saint-Gobain fait partie du Top 100 des Innovateurs établis par Thomson Reuters depuis 6 années consécutives. C’est une reconnaissance de la quantité, de la qualité et de l’impact de nos brevets, qui salue la priorité de Saint-Gobain en matière d’innovation et de R&D depuis plusieurs années. L’innovation est au cœur de la stratégie de Saint-Gobain. Plus de 23% de nos ventes sont générées par des produits développés il y a moins de cinq ans.

Selon la stratégie d’une entreprise, il peut être intéressant de déposer une invention dans plusieurs pays. Il existe des différences importantes entre les brevets américains et européens. Par exemple, une différence majeure concerne le niveau de priorité : en France, la priorité est donnée au premier déposant alors qu’aux États-Unis, elle est donnée au premier à inventer. De plus, le droit américain des brevets oblige l’inventeur à inclure la meilleure manière de mettre en pratique l’invention dans la demande de brevet alors que cela n’est pas obligatoire en France. Une autre différence est qu’il existe aux États-Unis un délai de grâce d’un an sans perdre les droits de brevet à déposer, même si les publications de l’inventeur ont été faites publiquement.

  1. Management et travail d’équipe

NBM : Pouvez-vous partager votre expérience de Français sur la façon de travailler dans une équipe américaine ? Qu’en est-il de l’organisation du travail ? Les réunions se tiennent-elles différemment ? Leurs comportements que vous avez remarqués sont-ils différents dans la culture américaine ?

PH : C’est une expérience formidable de travailler avec une équipe américaine. L’ambiance est généralement très dynamique et collaborative, ce qui est motivant. Les réunions sont généralement fluides et ouvertes à des modifications d’ordre du jour par les participants. Dans une culture égalitaire comme celle des États-Unis, la communication est facile, tout le monde a le même droit de parole, quel que soit son niveau dans l’organisation ou son âge.

La diversité internationale, au sein de Saint-Gobain et au sein de la R&D aux États-Unis, réunie un large éventail de cultures et d’expériences créant des équipes fortes et diversifiées.

Quelque chose qui peut être un peu plus difficile à saisir en tant que Français est parfois d’évaluer la capacité d’une personne ou d’une équipe à effectuer une tâche car ils peuvent avoir peur de dire « non » ou de questionner les choses. Les styles de communication peuvent différer et il est important de se préparer à un environnement moins formel, d’essayer de ne pas être offensé par les interruptions, d’éviter la confrontation directe et de se familiariser avec le jargon, y compris le jargon sportif, puisqu’il est utilisé souvent dans les discussions. Aussi, le temps c’est de l’argent, la brièveté et la concision vous donnerons le respect.

NBM : Avez-vous remarqué des différences majeures dans le management ?

PH : La plupart des structures organisationnelles sont plus plates, les dirigeants sont accessibles et semblent ouvert à accorder du temps à tout le monde. Le management utilise l’approche du laisser-faire avec peu d’intervention et la confiance est généralement le mot clé. Le management est flexible notamment en termes de gestion du temps et bien qu’il y est moins de jours de vacances, il y a plus de place pour un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. La reconnaissance des employés est basée sur le mérite et l’égalité des chances est la règle d’or.

  1. Questions personnelles

7.1. Visas

PH : Il existe plusieurs types de visas en fonction de la nationalité et du profil de l’employé ainsi que de l’emplacement du siège social de l’entreprise. Les visas E (Trader ou Investisseur) et L sont courants pour les Français travaillant pour une entreprise française aux Etats-Unis.

Par exemple, pour être admissible au visa E-2, l’employé doit être ressortissant d’un pays avec lequel les États-Unis ont conclu un traité de commerce et de navigation. L’entreprise ou l’employé doit avoir investi, ou être activement en train d’investir, un montant substantiel de capital dans une entreprise aux États-Unis.

Pour se qualifier pour un visa L-1, l’employé, qui peut inclure les propriétaires de l’entreprise, doit avoir travaillé pour une filiale, une société mère, une filiale ou une succursale de l’entreprise américaine en dehors des États-Unis pendant au moins un an sur les trois dernières années. L’un des avantages du visa L-1 est qu’il n’y a pas de quota.

Sinon, le visa H-1B est un visa non-immigrant qui permet aux entreprises basées aux États-Unis d’employer des travailleurs de niveau supérieur dans des professions spécialisées qui nécessitent une expertise théorique ou technique dans des domaines spécialisés tels que l’informatique, la finance, la comptabilité, l’architecture, l’ingénierie, les mathématiques, science, médecine, etc

7.2. Retraites

PH : Pour les retraites, certaines entreprises peuvent aider le salarié à maintenir une pension en France (ou dans le pays d’origine) ou le salarié peut contracter de lui-même une pension en France mais cela reste couteux. Il est bon de savoir qu’il existe un accord entre les États-Unis et la France pour les retraites, les trimestres travaillés aux États-Unis (cotisé ou non en France) sont comptabilisés pour le calcul de la retraite en France.

La sécurité sociale fait partie du plan de retraite de presque tous les travailleurs américains. Il fournit un revenu de remplacement aux retraités qualifiés et à leur famille, mais il est assez limité.

De plus, nous sommes éligibles à participer au 401 (k) qui est un plan de retraite avec généralement un abondement de l’entreprise.

7.3. Assurances

PH : Pour les assurances maladie, il existe de nombreuses options pour les entreprises avec différents niveaux de couverture. Il existe également des plans internationaux pour les employés expatriés. L’assurance maladie est fournie à l’employé par l’intermédiaire de l’employeur.

Pour l’assurance habitation, il est généralement obligatoire de contracter une assurance pour se couvrir dans le cas où l’un de vos meubles, appareils électroniques, livres ou autres biens est endommagé ou détruit. Cette assurance fonctionne également dans le cas où quelqu’un d’autre serait blessé dans votre appartement ou votre maison ou si les biens personnels de quelqu’un seraient endommagés et vous poursuivraient en justice.

Enfin, il est généralement recommandé d’obtenir une police d’assurance appelée « umbrella » qui est une responsabilité supplémentaire qui vous protège si vous êtes poursuivi en justice. Il protège les actifs et les revenus futurs du nom assuré en plus de toute police principale.

La plupart des compagnies d’assurance offrent des forfaits avec assurance automobile, assurance habitation et assurance « umbrella ».

7.4. Comment avez-vous trouvé votre appartement ?

PH : Dans mon cas, j’avais un forfait de déménagement et un agent immobilier qui m’a aidé à trouver un appartement. Je cherchais aussi par moi-même en parallèle via plusieurs sites Web (Zillow, Forrent.com, Rent Cafe, Craigslist, etc.) et j’ai fini par trouver un appartement par ce moyen.

  1. Merci et comment les entreprises peuvent vous contacter

Pascaline Hayoun LinkedIn https://www.linkedin.com/in/pascalinehayoun/
CertainTeed LinkedIn https://www.linkedin.com/company/certainteedsaintgobain/
Saint-Gobain LinkedIn https://www.linkedin.com/company/saint-gobain
Saint-Gobain Contact https://www.saint-gobain.com/en/contact

TRANSCRIPT IN ENGLISH

2020 Podcast Interview Pascaline Hayoun

Pennsylvania Department of Community & Economic Development – Nicolas BERNARD-MASSON

Saint-Gobain / CertainTeed – Pascaline Hayoun

  1. Welcoming message
  1. Introduction of Pascaline (education, previous positions)

PH: I am originally from Paris’ South Suburb and graduated from Sorbonne University with a PhD in Material Physics and Chemistry for which I received the L’Oréal-UNESCO for Women in Science award.

Prior to my PhD, I completed Masters in Materials Science and Engineering from ESPCI Paris. During my education, I had the chance to complete internships with Saint-Gobain Research North America in Northborough, MA, UMass Amherst, Harvard SEAS and Nestlé Switzerland.

Soon, I will graduate from PennState Smeal Business School with an executive MBA focusing on Strategic Leadership that I am pursuing in parallel to my current job.

I joined Saint-Gobain 7 years ago starting as a Research Engineer working at Saint-Gobain Research Paris for our Fluid Systems Business. I was investigating contamination mechanisms in plastics tubes and coatings / surface modification strategies for pharmaceutical, food & beverages industries.

Then I relocated 4 years ago to Pennsylvania at our US Headquarters in Malvern to join the CertainTeed R&D for the Insulation Products Group, a division of Saint-Gobain, as a Senior Research Scientist and soon after as Project Leader for new product development for foam insulation and air sealing products in building materials.

  1. Introduction of your current position and of Saint-Gobain

PH: Now, I work for CertainTeed R&D where I lead the Front-End Innovation for our Siding Products Group working towards tighter integration between R&D, Product Management, Procurement and Product Portfolio Strategy. I am engaging both internal partners as well as external collaborators to drive innovation for our siding customers to improve aesthetics, installation, durability, and sustainability through advanced materials and processes, that span all lines of our Siding Business (mainly plastics cladding but also concrete stones and composites). I build upon foundational insights, customized research, deep knowledge of technology advancements, and trends in the marketplace to inspire innovation.

In addition, I am also Platform Leader for Millwork/Trim and Stone, where I am the primary R&D interface to the respective Product Management and Operations team driving technical excellence, strong emphasis on Product Quality, Cost Reduction, Process Improvements and Capability Increase and focusing on value creation through innovation.

Through the responsible development of innovative and sustainable building products, CertainTeed has helped shape the building products industry for more than 110 years. Founded in 1904 CertainTeed® is North America’s leading brand of exterior and interior building products, including roofing, siding, fence, decking, railing, trim, insulation, gypsum and ceilings. A subsidiary of Saint-Gobain, one of the world’s largest and oldest building products companies, CertainTeed and its affiliates have more than 6,300 employees and more than 60 manufacturing facilities throughout the United States and Canada. Worldwide, Saint-Gobain is a 355-year-old company, operating in 68 countries and with more than 170,000 employees worldwide. Saint-Gobain designs, manufactures and distributes materials and solutions that are key for wellbeing. Our products can be found in many aspects of daily life: in buildings, transportation, infrastructure and many industrial applications. They provide comfort, performance and safety while addressing the challenges of sustainable construction, resource efficiency and climate change.

  1. R&D in the U.S. (not necessarily only about Saint-Gobain)

NBM: How is organized an R&D department in the U.S.?

PH: In the case of Saint-Gobain, our local Research and Development (R&D) departments in the U.S. are mainly organized by business and by product lines which is similar to Europe and pretty common in many industries. Our teams are composed of talent with different level of education from Bachelor to PhD degrees with expertise and capabilities ranging from Material Science, Processes, Modelling, Tooling and Design.

We also have central corporate R&D centers across the globe (one in Northborough, MA) more specialized in certain type of science covering transversal topics of interest for our businesses. This type of organization is typical for large multinational corporation in the U.S. and in Europe.

NBM: How do you finance primarily the R&D in the U.S.? Do you receive incentives from public institutions?

PH: Both our local R&D and central R&D are funded by the businesses of Saint-Gobain. We only have a few government funding research program which may differ from company to company. Depending on the applications, some may be funded by the military or energy agencies for example. Also, there is no particular incentives by the government for doing research in the U.S., which differs for example from France where a research tax benefiting corporation is in place.

NBM: Are partnerships frequent between companies and universities? Which types of cooperation and/or contracts? (R&D, consulting, joint cooperation for tests/experiments…)

PH: Partnerships between companies and universities are very common in the U.S., as well in Europe. At Saint-Gobain, we do have a lot of partnership mainly aligned with R&D support for research area of interest for our businesses. For example, Polymer Science for our plastics divisions (with Case Western Reserve University, Ohio). Design, Architecture and Building Science for our construction products divisions (with the Rhode Island School of Design). We have a wide network of university that we partner with thru different type of contracts: consulting, research project, PhD sponsoring, Co-op program such as the one at Drexel University. These partner universities are also part of our talent pool as we hire every year freshly graduated students from these universities. Finally, we also leverage university for the training of our teams sometimes to gain deeper expertise in some domains.

NBM: Have you noticed major differences between European R&D and USA R&D?

PH: R&D is usually a team effort and this hold true regardless of the geography. They are some differences that are mainly related to cultural differences.

US approach is more practical-oriented based on experiential learning where speed is the essence i.e., translating R&D into productivity gains (especially in the high-tech industries). They are more open to leveraging consultant and/or externalization as part of its R&D efforts when facing roadblock or when the internal capability is lacking.  European R&D typically achieves productivity gains through capital-embodied technological change and adopt more analytical thought-based approach and will invest in training or hiring talent to fill a gap.

European R&D will sponsor PhD more easily with the goal to bring them on board once they graduate as there are specific programs in place to match companies and students independently of the University. An example of such organization helping matching PhD candidate with firms is the Association Nationale Recherche Technologie (CIFRE) in France.

  1. Intellectual property management

NBM: How do you manage IP topics? Is it a very hot topic for companies in the US? Do you see more concerns about IP in the US than in Europe?

PH: Intellectual property is a hot topic for innovative companies such as Saint-Gobain. Patents and Trade Secret help drive a differentiation strategy worldwide. Saint-Gobain has been part of the Top 100 Innovators 6 years in a row by Thomson Reuters. It is a recognition of the quantity, the quality and the impact of our patents, which hails Saint-Gobain’s priority for innovation and R&D for several years. Innovation is at the heart of Saint-Gobain’s strategy. More than 23% of our sales are generated through products which were developed less than five years ago.

Depending on the firm’s strategy, it may be interesting to file an invention in multiple countries. There are some key differences between US and European patents. For example, a major difference is regarding the priority level: in France the priority was given to the first to file while in the US it was first to invent. Also, US patent law requires the inventor to include the best way to practice the invention in the patent application while it is not required in France. Another difference is that there is a US grace period of 1 year without losing patent rights to file even if publications by the inventor was made publicly.

  1. Management and team work

NBM: Can you share your experience as a French person on how it is to work in an American team? How about the organization of the work? Are meetings held differently? Are their behaviors that you noticed are different in the American culture?

PH: It has been a great experience to work with an American team so far. The atmosphere is usually very dynamic and collaborative which is motivating. Meeting are usually fluid and open for everyone to bring elements to the agenda. In an egalitarian culture such as in the U.S. the playing field of communication is even and everyone has the same right to join the conversation – regardless of rank or age.

The international diversity within Saint-Gobain and R&D within the U.S. brings a wide range of culture and experience together to create strong diverse teams.

Something that may be a bit harder to grasp as a French person sometimes is to assess the ability of a person or a team to perform a task as they may be afraid to say “no” or push back. Communication styles may defer and it is important be prepared to a less formal environment, try not to be offended by interruptions, avoid direct confrontation and be familiarized with jargon including sports jargon as it arises often in discussion. Also time is money, brevity and conciseness will earn you respect.

NBM: Did you notice major differences in management?

PH: Most organizational structures are flatter, leaders are accessible and seem to make time for everyone. Management is hands-off and usually trust is the key word. Management is flexible notably in term of time management and even though there are less vacation days there is more space for a good work-life balance. Rewards is merit based and equal opportunity is the rule of tongue.

  1. Personal questions

7.1. Visas

PH: There are several type of visas depending on the employee’s citizenship and profile as well as the company’s Headquarter location. E (Treaty Trader or Investor) and L visas are common for French people working for a French company in the US.

For example, to qualify for E-2 visa, the employee must be a national of a country with which the United States maintains a treaty of commerce and navigation. The company or the employee must have invested, or be actively in the process of investing, a substantial amount of capital in a bona fide enterprise in the United States.

To qualify for an L-1 visa the employee, which can include business owners, must have worked for a subsidiary, parent, affiliate or branch office of the US company outside of the US for at least one year out of the last three years. One of the benefits of the L-1 visa is that there is no quota.

Otherwise, the H-1B visa is a non-immigrant visa that allows US based companies to employ graduate level workers in specialty occupations that require theoretical or technical expertise in specialized fields such as in IT, finance, accounting, architecture, engineering, mathematics, science, medicine, etc.

7.2. Pensions

PH: For pensions, some companies can support the employee to maintain a pension in France (or the country of origin) or the employee can self-contract for his pension in France but it is expensive. It worth noting that there is an agreement between the United States and France for pensions, the quarters worked in the United States are accounted for the calculation of the retirement in France.

Social Security is part of the retirement plan for almost every American worker. It provides replacement income for qualified retirees and their families but is quite limited.

Also, we are eligible to participate in a 401(k) which is a retirement plan with usually a company match depending on the business.

7.3. Insurances

PH: For Health Insurances, there are a lot of different options for companies with different level of coverage. There are also international plans for expatriate employees. Health Insurance is provided to employee thru the employer.

For Renter Insurance, it is usually mandatory to cover you if any of your furniture, electronics, books or other belongings get damaged or destroyed. It is also covering you in the event that someone else is injured in your apartment or house or someone’s personal property is damaged and sues you.

Finally, it is usually recommended to get an umbrella policy which is extra liability that protects you if you are sued. It protects the assets and future income of the name insured in addition of any primary policies.

Most insurance company provide package with Car Insurance, Renter/Home Insurance and Umbrella Insurance.

7.4. How did you find your apartment?

PH: In my case, I had a relocation package and an assigned realtor who helped me find an apartment. I was also looking on the side on my own via several websites (Zillow, Forrent.com, Rent Cafe, Craigslist, etc…) and ended up finding a place thru this channel.

  1. Thank you & how companies can reach out to you

Pascaline Hayoun LinkedIn https://www.linkedin.com/in/pascalinehayoun/
CertainTeed LinkedIn https://www.linkedin.com/company/certainteedsaintgobain/
Saint-Gobain LinkedIn https://www.linkedin.com/company/saint-gobain
Saint-Gobain Contact https://www.saint-gobain.com/en/contact

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Share This

On vous aide gratuitement. À votre tour?

Ce site internet est 100% gratuit, pour vous soutenir vous. En partageant 1 article / poste à votre réseau, vous nous aidez à le maintenir gratuit.